Logo Père Caffarel

Titre Amis Père Caffarel Photo Père Caffarel
Choix
Sommaire
Liens
Un homme saisi par Dieu
Page suivante ...
Henri Caffarel - La vie en trois périodes.

Le père Henri Caffarel est né le 30 juillet 1903 à Lyon. Il est baptisé le 2 août 1903 et ordonné prêtre le 19 avril 1930, à Paris. Il meurt le 18 septembre 1996 à Troussures, dans le diocèse de Beauvais, où il est enterré.

                "Viens et suis-moi !". Cette parole du Seigneur est inscrite sur sa tombe car en mars 1923, se produit l'événement qui va orienter toute sa vie :"À vingt ans, Jésus-Christ, en un instant, est devenu Quelqu'un pour moi. Oh ! Rien de spectaculaire. En ce lointain jour de mars, j'ai su que j'étais aimé et que j'aimais, et que désormais entre lui et moi ce serait pour la vie. Tout était joué".

                Le jeune Henri Caffarel a rencontré "Quelqu'un". Ainsi tout ce qu’il va fonder et organiser se fera peu à peu, comme le Seigneur le lui montrera. Le Cardinal Jean-Marie Lustiger  parle du père Henri Caffarel comme "d'un prophète du 20ème siècle". Il avait ainsi conscience de faire "du neuf pour l'Église".

                Henri Caffarel est touché par l'amour du Seigneur. Le ministère du père Henri Caffarel sera au service de l'amour, "être aimé, aimer". L'amour du Seigneur est pour lui source de dynamisme et de vie. Il est d’emblée en harmonie avec les couples désireux d'épanouir leur amour à la lumière du Seigneur.

                Quelle que soit l’œuvre entreprise, le père Henri Caffarel aura un seul but : mettre chacun devant le Seigneur, à l’origine de toute vocation.

                Henri Caffarel conclut : "Tout était joué." Voilà bien une conclusion à sa manière : il n'y a plus à discuter, on obéit, on travaille, on ne s'enfle pas des services rendus, et, quand c'est fini, on s'en va…

                Rigueur, exigence, précision dans les détails, volonté d'aller jusqu'au bout, regard concret sur les événements et les êtres, capacité de se délester de tout ce qui ne va pas dans le sens de ce qu'il "voit"… : tel est le père Henri Caffarel

 

I.     Les fondations (1939-1949)

                Henri Caffarel répond à l'appel de couples voulant vivre le sacrement de mariage. "L'exigence de sainteté vous concerne. Pour y répondre, vous avez un sacrement à vous, celui du mariage."

                Le nombre des Équipes de Foyers augmente. Une orientation spirituelle est donnée, de plus en plus claire  à mesure qu’avance la découverte de la grâce du mariage.

                Les publications, "Lettre à des jeunes foyers" (1942), "L'Anneau d'or" (1945), ont profondément marqué de très nombreux couples et leur retentissement a largement dépassé les Équipes. Le Père Caffarel voulait être compris de tous pour que la grâce de l'amour de Dieu puisse être active en tous. Il voulait que tous comprennent la grandeur du mariage. L'enjeu est toujours actuel.

                Un moment décisif dans l'action du Père Caffarel a été l'écriture et la mise en œuvre, en 1947, de "La Charte des Équipes Notre-Dame". Les moyens donnés par la Charte sont exigeants. "Les points concrets d'efforts", notamment "le devoir de s'asseoir", sont caractéristiques de la vie quotidienne des couples. "Ayant saisi l'esprit des Équipes, vous n'aurez pas de peine à consentir à leur discipline", dit le Père Caffarel. Vivre l'Évangile dans la vie de couple, tel est "le chemin de Sainteté".

                En cette même période, deux fondations nouvelles voient le jour : le Mouvement des Veuves  "Espérance et Vie" et la "Fraternité Notre-Dame de la Résurrection", Institut séculier de veuves. Comme toujours, il n'a pas "l'idée" de ces fondations: on vient le voir, on lui expose le désir d'une vie sainte; alors il discerne, il encourage, il accompagne.

 

II.  Le temps du mûrissement (1950-1973)

                Les Équipes Notre-Dame se développent. Une organisation est mise en place. De grands rassemblements ont lieu : Lourdes en 1954, Rome en 1959, Lourdes en 1965… C'est l'occasion d'un approfondissement de la grâce du mariage et de sa grandeur.

                Le Père Caffarel insiste aussi sur l’enrichissement mutuel des sacrements de l’Ordre et du Mariage: deux sacrements "complémentaires" pour répondre à la vocation de l'amour.

                Les Équipes connaissent de grands débats:

Sont-elles un mouvement d'initiation ou de perfection ? L'équilibre entre ces deux aspects doit être trouvé.

              Des épreuves surviennent dont l'enjeu est l'unité du Mouvement et la liberté des laïcs, son originalité et sa personnalité. Dans ce domaine, le Père Caffarel s'est toujours montré en harmonie avec l'Église, parfois de façon exemplaire et courageuse. Il envoie tous les équipiers vers leur paroisse, leur diocèse, leur apostolat dans leur profession et dans le monde.

                À 70 ans, il quitte de lui-même son service des Équipes après s’être assuré de sa succession.

 

III.  L’approfondissement (1973-1996)

                La fécondité du Père Caffarel est inscrite dans les cœurs, dans la relation unique de chacun avec Dieu. Innombrables sont ceux qui ont trouvé le Seigneur à la Maison de Prière de Troussures, à laquelle il se consacre entièrement jusqu’à sa mort. Son immense désir était de partager la révélation qu’il avait eue à l'âge de vingt ans. Ses dernières années à Troussures montrent la source d'où jaillissait toute chose en lui.
Photo Caffarel assis
Père EpisPhoto Mariage
Famille jeunePhoto Couple 1
Photo Couple 3
Georg et Annette